Partager sur

tous les portraits
témoigner à propos

témoignages

Vous avez, vous aussi,
vécu un amour interdit ?

partagez votre histoire
TOUS LES TÉMOIGNAGES

La religion

Moi française d'origine marocaine, lui italien sarde ayant grandi en Allemagne, moi musulmane modérée lui catholique, nos religions n'ont jamais été un obstacle, au contraire nous acceptons plainement et mutuellement les similarités et différences et faisons...

Lire la suite

Anonyme

Moi française d'origine marocaine, lui italien sarde ayant grandi en Allemagne, moi musulmane modérée lui catholique, nos religions n'ont jamais été un obstacle, au contraire nous acceptons plainement et mutuellement les similarités et différences et faisons en sorte d'élever nos filles dans la connaissance des deux grandes religions monothéistes. La famille, les proches.... Oui des fois de l'incompréhension, des craintes ou des stéréotypes resurgissent, mais mes parents musulmans modestes n'ont jamais rejetés personne, et considèrent les différends religieux comme politiques, ils m'aiment et aiment mon mari comme un fils. Mes beaux parents ....ont tendance à oublier volontairement ma religion, mais mon mari est un fervent défenseur de la religion musulmane et de ses valeurs basiques, donc pas de conflit. Je suis tout à fait ci sirote que mon histoire est une exception, notre amour notre mariage n'a pas été sans tendions, mais il n'y a pas eu de violence ou de brutale séparation. Souvent les gens ont du mal. A nous comprendre et imaginer qu'un couple arabe-italien, musulman-chrétien puisse fonctionner! On en est fier et enrichi! Courage à tous!

La tradition

FEMME APRÈS LE CLOÎTRE, Édition Septentrion.qc.ca 2015. Ce livre contient ma vie au monastère des Carmélites de ROUEN, en FRANCE, et mon HISTOIRE D'AMOUR AVEC UN ÉVÊQUE. Enceinte de lui, j'ai fait une fausse-couche. Ne pouvant réaliser notre rêve de...

Lire la suite

Richard Andréa

FEMME APRÈS LE CLOÎTRE, Édition Septentrion.qc.ca 2015.

Ce livre contient ma vie au monastère des Carmélites de ROUEN, en FRANCE, et mon HISTOIRE D'AMOUR AVEC UN ÉVÊQUE.

Enceinte de lui, j'ai fait une fausse-couche.

Ne pouvant réaliser notre rêve de mariage, nous avons fait des démarches pour passer chez les protestants.

Il est depuis lors décédé.

À la première sortie de mon autobiographie: ce fut un -scandale- éclaté en plein jour! J'ai vécu cela très péniblement, car ma vision de cet amour, était autre....

Aujourd'hui je ne crois plus en aucune religion.

Militante pour la laïcité.

Andréa Richard, écrivaine et auteure de Au-delà de la religion (best-seller) Septentrion.

andreagilles@videotron.ca

La couleur

Je suis de race blanche et ma femme est originaire d’Haïti. Nous vivons dans la grande région de Montréal et nous nous sommes mariés en 2009, j'avais 29 ans et ma femme 23. Je dirais que la majorité du temps il n'y a pas de problème à être ensemble. Bien que...

Lire la suite

Anonyme

Je suis de race blanche et ma femme est originaire d’Haïti. Nous vivons dans la grande région de Montréal et nous nous sommes mariés en 2009, j'avais 29 ans et ma femme 23. Je dirais que la majorité du temps il n'y a pas de problème à être ensemble. Bien que nous sentons les regards des autres, le plus souvent c'est par curiosité et les gens nous trouvent ``beaux`` ensemble.

Le plus dur moment a été l’acceptation de mon beau-père. Il n'est même pas venu au mariage. Aujourd'hui c'est chose du passé et nous avons une bonne relation. Les regards les plus intimidants nous viennent de certains hommes de couleurs noirs que nous croisons, mais heureusement cela est plutôt rare. J'avais certaines connaissances qui entretenaient des propos viscéralement haineux envers les gens de couleurs noirs. Je les ai éliminés de mon entourage par respect pour ma future femme.

La tradition

une femme mariée est tombée amoureuse de moi je lui ai rendu l'amour qu'elle me portait puis elle en a fait part à son mari Celui-ci, un jour est venu chez moi, dépité, son épouse était avec moi nous avons parlé seul à seul, je lui ait expliqué les...

Lire la suite

Anonyme

une femme mariée est tombée amoureuse de moi

je lui ai rendu l'amour qu'elle me portait

puis elle en a fait part à son mari

Celui-ci, un jour est venu chez moi, dépité, son épouse était avec moi

nous avons parlé seul à seul, je lui ait expliqué les faits, une femme aime deux hommes, que fait-on?

puis il est parti seul, déprimé

Le lendemain, lui et son épouse m'ont invité à diner, le mari sur le principe accepte cette situation

je crois que j'ai un peu gaffé, vouloir trop de temps avec son épouse, le mari n'a plus accepté

j'ai voulu prendre mes distances, et là, j'ai senti que ce n'était pas seulement de l'amour que je rendais, je suis amoureux

Que faire?

Rentrer dans la clandestinité

Je rêve d'un futur présent où deux hommes qui aiment la même femme puissent vivre cet amour sans exclusivité.

Ici, loin de pratiques sexuelles à trois, non.

Vivre un amour,

La tradition

J'ai été la maîtresse d'un prêtre haïtien durant 10 ans, avec des bas et des hauts. Il m'a séduite, il a tout fait pour m'avoir, alors qu'il savait que je vivais en concubinage et que j'avais un enfant. Je me sens sentais comme prise dans...

Lire la suite

Anonyme

J'ai été la maîtresse d'un prêtre haïtien durant 10 ans, avec des bas et des hauts.

Il m'a séduite, il a tout fait pour m'avoir, alors qu'il savait que je vivais en concubinage et que j'avais un enfant.

Je me sens sentais comme prise dans le filet d'une araignée, je n'arrivais pas à dire non. Il voulait que je vienne régulièrement au prébystère pour faire l'amour dès que j'avais déposé mon enfant à l'école. Vite fait, et je repartais, ni vu, ni connu. Puis, je me suis rendu compte qu'il draguait beaucoup de femmes mariées, surtout celles qui avaient une bonne situation. En fait, il était très attiré par l'argent.

Il était vicieux il aimait toutes sortes de positions, il était cru, très porté sexe. Le dimanche et jours de messe, il était le meilleur prêtre : ne faîte pas ci, ne faîtes pas cela. Quand j'ai voulu rompre, il m'a menacé de me vendre en Haïti en tant que Zombie etc ect... puis il m'appelle régulièrement pour me tenir sous sa coupe et me faire peur, bien qu'on ai plus aucune relation.

La classe sociale

J'ai rencontré mon premier petit ami lorsque j'avais 16 ans. J'étais alors une brillante lycéenne, destinée à de belles études. Il en avait 18 et était ouvrier dans une usine. Pour moi, cette différence n'avait aucune importance. J'étais jeune et...

Lire la suite

Anonyme

J'ai rencontré mon premier petit ami lorsque j'avais 16 ans. J'étais alors une brillante lycéenne, destinée à de belles études. Il en avait 18 et était ouvrier dans une usine. Pour moi, cette différence n'avait aucune importance. J'étais jeune et je l'idéalisai beaucoup.

Mes parents ont découvert cette histoire par hasard et l'on très mal accepté. Je viens d'une famille modeste. Ma mère est orpheline et a vécu la misère, mais elle s'en est sortie grâce aux études. Pour elle, en sortant avec un ouvrier, je retournai en arrière. Je mettais fin à ses fantasmes d'élévation sociale. Au bout d'1 an, lorsque mes parents ont compris que je ne me séparerai pas de mon copain, ils m'ont mis à la porte. J'avais 17 ans. Je suis allée vivre chez mon copain, qui m'a entretenu. Nous sommes restés ensemble 5 ans. C'était très difficile, nous n'avions pas d'argent. Mais je ne regrette rien. J'ai vécu ce que j'avais à vivre et je n'ai aucun regret.

Nous avons fini par nous séparer, pour des raisons totalement extérieures à sa classe sociale. Je me suis réconciliée avec mes parents et nous n'avons plus jamais parlé de cet épisode.

Aujourd'hui, je suis en couple avec un jeune homme, gagnant très bien sa vie et issu d'une très vieille famille bourgeoise. Seul hic : il est libanais. Nous sommes ensemble depuis 4 ans, je n'ai encore jamais osé le mentionner devant mes parents. J'ai peur qu'ils ne comprennent pas.