Partager sur

tous les portraits
témoigner à propos

témoignages

Vous avez, vous aussi,
vécu un amour interdit ?

partagez votre histoire
TOUS LES TÉMOIGNAGES

La tradition

J’ai 22 ans et j’ai vécu 5 ans avec un prêtre que j’aime encore aujourd’hui. Notre histoire était belle, mais elle était interdite. Lorsque l’évêque l’a appris, il a fait changer ce prêtre de paroisse et lui a interdit tout contact avec moi. Je ne peux plus le voir ni...

Lire la suite

J’ai 22 ans et j’ai vécu 5 ans avec un prêtre que j’aime encore aujourd’hui. Notre histoire était belle, mais elle était interdite. Lorsque l’évêque l’a appris, il a fait changer ce prêtre de paroisse et lui a interdit tout contact avec moi. Je ne peux plus le voir ni lui parler.

Je n’oublierai jamais ce jour où il m’a dit « mais où étais-tu le jour où j’ai été ordonné ? » Je n’étais pas loin. Je l’ai connu deux mois après son ordination...

Jamais je n’oublierai ces années passées à ses côtés, les SMS envoyés, les réveils et la tendresse des matins, les appels téléphoniques chaque soir...

Voilà six mois qu’il est parti, six mois que je ne vis plus. Je veux avoir le droit de l’aimer, le droit de le voir sans me cacher... Comment peut-on demander à des hommes de choisir entre une vie de prêtre et celle d’un homme marié avec des enfants ? C’est inhumain... En interdisant ces relations, l’Eglise détruit des vies, celle de ces hommes et de ces femmes.

Témoignage recueilli par l’Association Plein Jour

Le sexe

Je revenais chez moi quand plusieurs jeunes gars ont commencé à m’insulter. Un gars avait une bouteille (cassée) et il m’a tailladé de mon cou jusqu’à ma poitrine. J’ai perdu connaissance et me suis retrouvé le lendemain à l’hôpital. J’ai voulu déposer plainte au...

Lire la suite

Adam

Je revenais chez moi quand plusieurs jeunes gars ont commencé à m’insulter. Un gars avait une bouteille (cassée) et il m’a tailladé de mon cou jusqu’à ma poitrine. J’ai perdu connaissance et me suis retrouvé le lendemain à l’hôpital. J’ai voulu déposer plainte au poste de police mais je n’ai pas osé le faire car même si c’est moi qui ai été la victime d’une violente attaque, je craignais qu’en allant à la police pour signaler cette attaque, c’est moi qu’ils arrêteraient parce que je suis gay.

Témoignage recueilli par Human Rights Watch

La tradition

C’est bizarre mais j'ai pour la première fois envie et besoin de parler. Je demande juste de rester anonyme (…) Je t'ai connu il y a bien longtemps, dans des réunions où en tant que jeune laïque passionnée et engagée je me rendais volontiers. Nous...

Lire la suite

C’est bizarre mais j'ai pour la première fois envie et besoin de parler. Je demande juste de rester anonyme (…)

Je t'ai connu il y a bien longtemps, dans des réunions où en tant que jeune laïque passionnée et engagée je me rendais volontiers. Nous n'avions alors rien échangé. Et puis vint le jour où je t'ai vraiment rencontré sur un quai de gare au petit matin. Rencontre banale qui le fut moins ce jour-là puisque nous fûmes victimes d'un coup de foudre. Nous prenions le même train et, par là même, la même direction pour un bout de temps.

De ce matin-là je n'ai rien oublié, pas même le goût du bonheur. Et pourtant il fut long à se concrétiser ce coup de foudre ! D'approche en recul cela a duré quelques semaines. On se voyait de plus en plus, les sentiments naissaient. Je suis devenue ta « fiancée » comme tu disais. J'ai partagé à mi-temps ton quotidien, tes bonheurs, tes soucis mais aussi tes doutes.

(…) 

Je ne t'ai jamais demandé de choisir. Peu à peu je me sentais faiblir. J'ai craqué. Alors que j'avais toujours été là pour toi, tu t'es débiné. Ok pour les bons moments mais pas de dépressive dans ton entourage ! Tu es sorti de ma vie sur ma demande. Vexé sans doute, tu as été odieux, méchant.

J'ai vécu une vraie descente aux enfers. Pas un moment tu n'as tendu la main vers moi. Je sais que je ne suis pas la première, je sais aussi que tu as joué avec moi. Mais je n'arrive pas si facilement à t'en vouloir. J'ai déménagé, changé de job et d'amis. On se croise parfois, tu m'ignores le plus souvent. (…)

Je souris de nouveau à la vie ; je ne suis pas veuve ni divorcée, je suis simplement une ex- compagne de prêtre. Je n'ai pas de statut dans cette société ; je ne suis pas censée avoir vécu cette histoire. Je ne suis rien !

Témoignage recueilli par l’Association Plein Jour

La tradition

Bonjour à vous. Je vis en Afrique et j’ai 25 ans. Depuis deux mois je vis une situation qui me dépasse. En fait je vis une relation amoureuse avec un futur prêtre et nous nous aimons plus que tout. Mais le problème est que nous ne pourrons jamais vivre cette...

Lire la suite

Anonyme

Bonjour à vous.

Je vis en Afrique et j’ai 25 ans. Depuis deux mois je vis une situation qui me dépasse. En fait je vis une relation amoureuse avec un futur prêtre et nous nous aimons plus que tout. Mais le problème est que nous ne pourrons jamais vivre cette relation au grand jour et nos deux familles sont contre le fait qu'on sorte ensemble et moi je souffre vraiment.

Car l'homme que j'aime ne pourra jamais me marier ; il ne sera jamais le père de mes enfants. Quand je suis avec lui et que j'aborde le sujet, il se fâche et ne veut plus me parler. Je l'aime et je ne veux pas le perdre. On vit notre relation en secret et ça me ronge.

Je voulais partager mon mal avec vous dans l'espérance qu'on m'écoute vraiment car dans mon pays il n'y a pas ce genre d'association. Le faite d'avoir une relation amoureuse avec un prêtre catholique est inconcevable et mal compris. Merci de m'écouter et de me donner des conseils. Bonne journée à vous.

La loi

On s'est dit oui le 2 mai, lui camerounais, moi française. Mais tout commence au mois d'avril quand nos publications de bans de mariage sont déposées à la Mairie de Reims. On reçoit quelques jours plus tard une convocation pour aller à l'hôtel de police,...

Lire la suite

Anonyme

On s'est dit oui le 2 mai, lui camerounais, moi française. Mais tout commence au mois d'avril quand nos publications de bans de mariage sont déposées à la Mairie de Reims. On reçoit quelques jours plus tard une convocation pour aller à l'hôtel de police, nous comme 2 bêtes on n'y va s'en savoir se qui va se passer. Je suis la 1ere à passer à l'interrogatoire, je ne vous raconte pas les questions. Lui passe, l'inspecteur vient me voir 2 minutes après en me disant qu'il le garde en garde a vue et tout.

La commence les complications pour notre mariage, on a été obligé de faire appel à un avocat. Nous sommes passés 2 fois au tribunal, la 1re au palais de justice à Reims, pour autorisé mon mari est retourné chez nous avant le 2e jugement, tout en allant pointer tout les matins a 9h00. Le 2e au palais de justice de Chalons en champagne, la pour nous dire qu'ils ont réservé son vol pour le 18 avril 2007 a 6h30 pour reconduite dans son pays, pour cause d'être sans papiers.

La je peux vous dire que je me suis prix un gros coup de poignard dans le coeur. Je suis allé le rejoindre 2 semaines plus tard, pour que l'on puisse nous marier au Cameroun (Douala), et la rien n'est fini encore, car un an déjà de mariage et rien n'avance dans notre dossier de transcription. Je vous raconte tous ça pour vous dire qu'il ne faut pas démoraliser, car l'amour est plus fort que la justice, et qu'un jour on pourra vivre enfin heureux avoir une jolie famille.

Témoignage recueilli par www.mariagemixte.com

Le sexe

J’ai été battue par (des agents) du gouvernement gambien, par des agents de sécurité gambiens, suite à un ordre émis par le bureau du président disant que toute lesbienne ou tout gay qu’on attrape sera puni(e). Témoignage recueilli par Human Rights Watch

Lire la suite

Aminata

J’ai été battue par (des agents) du gouvernement gambien, par des agents de sécurité gambiens, suite à un ordre émis par le bureau du président disant que toute lesbienne ou tout gay qu’on attrape sera puni(e).

Témoignage recueilli par Human Rights Watch